Un peu de too

pour les amis, pour l'entraide, pour l'humour
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Voyage vers l'imaginaire

Aller en bas 
AuteurMessage
jeamdead
Invité



MessageSujet: Voyage vers l'imaginaire   Dim 18 Nov - 20:59

L’histoire que je vais vous raconter, est le fruit de mon imagination, un rêve éveillé

Ecrire, toujours et encore est ma façon de fuir ce monde, essayer de m’en évader

Simplement laisser mon âme vagabonder, errer, la plume glissant, se laissant guider



Ces instants de solitude, dans ce train, vers d’autres horizons me font ainsi voyager

Oui, vers des lieux magnifiques, si réels dans ma tête ils sont, que je peux les palper

Un monde, qui est le mien, ceux qui le veulent peuvent le partager, m’accompagner

Rien d’autre il vous faut, simplement ouvrir votre cœur, et vous laisser emporter

Beau et magnifique voyage, aller venez, jeamdead vous invite si vous voulez

Et ses paysages imaginaires, irréels, romantiques, vous les faire partager, visiter

Sans aucunes craintes, votre cœur en osmose avec le mien, laisser vous aller à rêver



Dans un majestueux paysage de montagnes d’hiver on est, est ce que vous le voyez ?

En cette petite vallée encaissée, encerclée de hauts massifs entièrement enneiges



Tout semble figé, momifié, pétrifié, dans cet épais manteau de neige ainsi tombée

Oui, d’une telle beauté que seul les montagnards connaissent, et savent la raconter

Négative est la température, bien en dessous de zéro degrés, en ce mois de janvier



Coin si reculé, qu’aucune route n’y parvient, juste un petit sentier pour y accéder

Oui, un merveilleux petit paradis blanc, si éloigné, isolé, qu’il en est presque oublié

Recouvertes de neige lourde, les forets de résineux, d’immenses sapins dressés

Ployant sous cette charge, immobiles, vêtus, de blanc tels de vaillants chevaliers

Sérénité des lieux, pureté des cieux, qu’un soleil radieux vient éclairer, illuminer



Dans ce froid sec et cinglant, chaudement vêtus, main dans la main se promener

Ecouter cet étrange silence, aucun bruit, seuls nos pas dans ce tapis blanc crisser

Chaque respiration, fait devant nous une petit nuage se former, comme de la buée

Offert a nous, cette nature, a perte de vue, seuls tous deux dans cette immensité

Un tapis neigeux, dans lequel, tels des enfants on a envie de s’amuser, chahuter

Vie d’enfant trop vite passée, retrouvée, tous deux enlacés, en riant de se rouler

Rayonnante, ton rire, comme un écho résonne, dieu que j’ai envie de t’embrasser

Il est merveilleux de voir que ton âme d’enfant, tu as su garder, et la préserver

Retrouver l’insouciance des premiers amours, premiers flirts, premiers baisers



Et le froid de nous envelopper, quand le soleil très bas, commence à se cacher

Nicher pas loin, presque invisible, un petit chalet dans la montagne y est perché



Tout ici, ressemble à une carte postale, figée, tel qu’il était le siècle dernier

Offrant mon épaule, ta tête tu as posé, pour vers cet abri se diriger, cheminer

Il parait si isolé, qui peut venir ici ? Un artiste, un poète pour l’inspiration trouver ?



Monter le petit perron, et la porte de l’ouvrir, elle n’est même pas fermé a clef

Et découvrir un merveilleux et tendre petit nid, bien rangé, comme si il était habité



Notre petit havre de paix, ou trône une banquette en rondins devant une cheminée

Ou l’on a jeté des peaux de moutons épaisses, pour s’y reposer, et s’y réchauffer

Y règne une douce odeur de feu, dans les fourrures, tu es, tu t’es déjà pelotonnée

Emmitouflée ainsi, tu me regardes m’affairer, des bougies trouvées, j’ai allumées

Rangées soigneusement dans un coin, des bûches, un petit fagot ainsi que du papier



Par la fenêtre, je vois dans la nuit noire, de petits flocons de neige voler, virevolter

Ouate d’un blanc pur, sur fond de nuit noire, simplement par les bougies éclairer

Un petit peu de journal, quelques petites branchettes, et une allumette j’ai craqué

Rapidement les flammes dans l’âtre ont montées, et de rouge nous ont illuminées



Les plus petites bûches par-dessus j’ai posé, par les flammes délicatement léchées



Et une douce chaleur, a commencé à se diffuser, le feu crépitant dans le foyer

Très vite, notre petit nid a chauffé, de te rejoindre, de ton regard tu m’as supplié

Et de me glisser tout contre toi, dans ce lit douillet, sur ma poitrine tu t’es lovée

Regardant tes yeux, brillants, les flammes se reflétant, avec amour je t’ai embrassé

Nos corps brûlants de désirs, nos mains ont commencé à mutuellement se déshabiller

Intenses envies de l’un et de l’autre, la peau de l’autre elles ont cherchées, caressées

Tes lèvres avides de ma peau tes seins gonflés d’amour, ton ventre offert me réclamer

Et dans une étreinte, ton corps se cambrer, un petit cri, quand en toi je suis entré….



Veuillez me pardonner, si certaines scènes vous ont choqué, ou peut être outré

J’aurais pu, avec plus de détails cette étreinte vous narrer, et encore continuer

Mais il faut parfois savoir s’arrêter, et vous laisser imaginer la douce finalité….





Jeamdead
Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage vers l'imaginaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAMIEN LE VOYAGE VERS L'OUTREMONDE de Colin Thibert
» Voyage vers Agartha
» Voyage vers le bonheur
» Voyage vers Agartha
» Hoshi wo Ou Kodomo (Voyage vers Agartha)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un peu de too :: Les poèmes de Jeamdead-
Sauter vers: